Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour autoriser à l'internaute d'accéder à certaines parties privatives du site. Si vous refusez les cookies, vous pourrez accéder uniquement aux parties publiques de ce site. 

 Pour en savoir plus nous vous invitons à consulter la directive européenne.

 

Autonoom Syndicaat van TreinBestuurders

Syndicat Autonome des Conducteurs de Train

Agréation SNCB 2010

 
     
Mot de passe perdu   S'enregistrer  

Contact presse FR ~ Pour toutes vos questions relatives aux actions, un numéro unique est à votre disposition: 0471/80 63 97 ~ Porte-parole: Olivier JARDEZ

calendrier horloge terre email internet monde icone 9403 96 Au quotidien

Namur, le 11 mai 2015

 

Mesdames, Messieurs,

 

C’est à nouveau avec regret que le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train se voit obligé de déposer un préavis de grève.

Un arrêt de travail aura lieu à partir du mercredi 27 mai 2015 à 22.00 hrs. jusqu'au vendredi 29 mai 2015 à 03.00 hrs.

Nous vous dispensons des détails de nos nombreuses tentatives de négociations de ces derniers mois qui, bien malheureusement, n’ont abouti à un résultat.

Tant la Direction de la SNCB que la Ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, nous ont, lors de chaque réunion, considérés comme étant de purs hérauts.

Malgré que nous ayons tout fait pour tenter de trouver une solution, l’on a sans cesse tenté de nous persuader de continuer à être patients.

Les négociations, parlons plutôt de manque de possibilités de négociations, ont clairement démontré un comportement tendancieux et grotesque à l’encontre des conducteurs de train.

 

 

Il faut bien reconnaître que les conducteurs de train belges sont de dangereux optimistes qui exercent leur profession à énormes responsabilités, en se levant à des heures tout à fait irrégulières, avec verve et enthousiasme.

 

Ci-dessous tout de même quelques considérations :

- Qui au sein de la SNCB suit une formation ardue de plus de 18 mois ?

- Qui au sein de la SNCB subit une recertification très sévère tous les 3 ans ?

- Qui au sein de la SNCB doit passer un examen médical annuel, lors duquel le moindre problème est sanctionné par une suspension ?

- Qui au sein de la SNCB doit se lever, de jour comme de nuit, à des heures fort variables et utiliser son propre véhicule pour se rendre à son dépôt ?

- Qui, au sein de la SNCB, doit être en super-condition durant tout son service et faire montre d’une concentration constante ?

- Qui, au sein de la SNCB, met, à chaque instant de son service, sa carrière en jeu en cas de la moindre erreur ?

- Qui, au sein de la SNCB, a des horaires de travail plus irréguliers et de ce fait une vie de famille fort perturbée ?

- Qui, au sein de la SNCB, a de plus lourdes responsabilités que les conducteurs de train ? Personne n’a, à ce jour, pu nous prouver le contraire.

- Qui, au sein de la SNCB, se retrouve, à la moindre erreur commise ou même suspecté de la moindre erreur, devant un tribunal ? Pensons ici e.a. aux accidents de Arlon et Buizingen.

- Qui, au sein de la SNCB, doit assimiler de constantes modifications dans la réglementation et s’y adapter ?

 

Et puis l’on viendra encore nous dire qu’un conducteur de train doit être considéré et rémunéré de la même façon que les autres membres du personnel. De qui se moque-t-on … ?

Le fait de nous répondre d’une manière plutôt simpliste « qu’il n’y a pas de budget », alors que l’on dépense des budgets faramineux à des conneries, en frais exorbitants pour les salaires des consultants, pour des dépenses frôlant l’indécence pour le fonctionnement du bureau du Président du Conseil d’Administration, démontre bien la totale indifférence de nos dirigeants à réellement considérer la profession de conducteur de train à sa juste valeur.

 

Plus grave encore, depuis le nouveau plan de transport instauré il y a quelques mois avec beaucoup d’emphase, les primes des conducteurs de train de presque tous les dépôts ont sensiblement diminué, dans certaines séries même fortement.

 

Nos revendications ont été revues à la baisse et ne sont certainement pas mégalomanes.

Depuis plus d’un an, nous avons demandé avec insistance à la Direction de la SNCB que l’on examine et que l’on tienne compte des principales revendications prioritaires des conducteurs de train :

  • Révision du système de calcul des primes

  • Suppression de la cotation lors de le recertification

  • Prime de moniteur portée à 28 € au lieu de 7,5 €

  • Réhabilitation de l’échelle barémique après 12 ans de service, au lieu de 18 ans

 

Nous allons probablement devoir faire face à un manque de compréhension, voire même à de la hargne de la part des voyageurs lorsque nous allons leur demander de nous excuser pour le désagrément qu’ils subissent, mais soyez persuadés que le SACT – ASTB a fait tout ce qu’il pouvait afin d’éviter la grève.

 

 

Le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train

Discuter de cet article dans les forums (0 réponses).